COVID-19 : La photo en Confinement

COVID-19 : La photo en Confinement

LE CONFINEMENT

16 mars 2020 : Nous sommes tous confinés chez nous. Les activités stoppent, nous ne pouvons plus sortir de chez nous sans une autorisation et pour une durée limitée. Tout commence comme le scénario d’un mauvais film. 

2020 prenait enfin une bonne tournure pour moi, après un mois de janvier catastrophique comme peuvent en rencontrer les petites entreprises. Mon agenda était plein de belles séances, en studio à l’extérieur dans la nature, même chez des particuliers avec des familles. Des mariages quasiment tous les week-ends à partir de mai. L’année s’annonçait bonne et je comptais bien faire un meilleur chiffre d’affaire qu’en 2019. 

Et le COVID-19 est arrivé chez nous. Comme un tsunami qu’on ne peut endiguer, on l’a vu venir, progressivement en espérant que, peut-être, il ne passerait pas notre frontière. Je ne vais pas revenir davantage sur les faits que vous connaissez tous pour y avoir été directement confrontés. Mais oui : la vague déborde sur la terre et emporte toute vie avec elle. 

Plus de travail pour 90% des personnes en Europe. Tous mes plans s’effondrent, tout est mis en attente. Ah l’attente…  Passé le premier choc, je contacte tous mes clients et futurs clients pour leur signifier que mon activité s’arrêtait nette et que nous devions retrouver une date après cette parenthèse. 

Portrait - COVID-19 : La photo en Confinement

LA PHOTO ENTRE PARENTHÈSE ? 

J’ai toujours été créatif, débordant d’idées pour assouvir mon besoin de créer. Qu’il s’agisse de dessin, de LEGO étant enfant, la musique plus tard, j’ai toujours su m’occuper. Je ne connais pas l’ennui, c’est une notion qui me fascine chez ceux qui m’en parlent. Comment peut-on s’ennuyer ? J’aimerai avoir des journées de 40h pour y faire tout ce que j’ai dans la tête. 

Et soudain, je ne peux plus faire de photo. Du moins, c’est ma première impression. Je suis bridé, je ne peux plus sortir, aller me perdre dans la nature pour y faire mes photos d’animaux, de végétaux. Ces fleurs qui commencent à sortir de terre vont le faire sans mon objectif braqué sur elles. L’hiver est pour moi une grande source de frustration car mon inspiration première trouve sa source dans les végétaux. Alors ce printemps qui s’annonce ne sera pas pour mon oeil cette année. 

Je me fais à l’idée, j’ai d’autres plans qui émergent, je me dis que c’est peut être une bonne chose finalement de mettre tout ça en pause et de me ressourcer. Peut-être que mon regard s’en trouvera enrichit par après, peut-être qu’il sera neuf ou renouvelé. 

Puis arrive la possibilité de sortir de chez soi, dans une limite d’un kilomètre. Avec une attestation certes, mais je peux prendre mon boitier et laisser mon regard se poser sur ce qui m’entoure. Par chance, j’habite près de quais le long de l’Ill. Il est plein de péniches, avec en arrière-plan des bâtiments industriels et je découvre un environnement foisonnant de vie. Que ce soit les poissons qui se regroupent pas bans entiers à l’ombre des bâteaux pour se cacher des prédateurs, ou des oiseaux qui pêchent pour se nourrir. 

Quel bonheur d’assister à tout ça et de pouvoir le capturer. J’y suis retourné quasiment tous les jours, sous le soleil et une chaleur qui semblait narguer l’humanité confinée. Je mets ici un petit échantillon de ma série intitulée : 1km. Pour voir les autres photos de cette série, c’est par ici : https://benjaminhincker.com/serie-photo-confinement-covid-19/

Série Confinement COVID-19 : 1km - Photographe Professionnel Strasbourg & France : Portraits / Corporate / Evénements

DES CHALLENGES 

1er challenge :
Parodie de l’affiche du Film Million Dollar Baby
https://benjaminhincker.com/million-dollars-baybay/

2eme challenge :
Concours spécial confinement
En cours de rédaction 😉

Next Mes Films Cultes #1
Mes films Cultes #1

One Comment

Laisser un commentaire

© Tous droits réservés. Pour télécharger ou exploiter une photo, merci de me contacter au 0689586026 ou par e-mail : contact@benjaminhincker.com